Le manque d'eau pourrait toucher deux milliards d'individus dans le monde avant 2025.


Ci-dessus, les chutes d'Iguazù en Amérique du sud. Crédit photo : Tanguy Thuaud/Film Home/ Elzevir Films Crédits photo : DR

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement, le film de Yann Arthus-Bertrand, “Home” est sorti le 5 juin, simultanément au cinéma, à la télévision, sur Internet et en DVD.

Le film est diffusé le même jour sur internet (YouTube), à la télévision (en prime time sur France 2 et dans 105 pays), dans les salles de cinéma ainsi qu’en DVD au prix de 4 euros. 20 000 exemplaires seront envoyés gratuitement dans les écoles françaises pour sensibiliser les jeunes aux défis écologiques de la planète.

Et enfin “Home” sera projeté sur grand écran dans plusieurs villes dans le monde comme à New York à Central Park, et sur le Champ de Mars à Paris.

Pour réaliser ce film, le photographe a eu besoin d’un budget de 12 millions d’euros et explique qu’il est sans but lucratif : « Les seuls bénéfices qu’on veut, c’est qu’il soit vu par des millions de gens ».

Yann Arthus-Bertrand veut par cette stratégie de lancement lutter contre la non responsabilité des gens : « Tout ce que je dis, on le sait mais personne ne veut le croire ».



voir le film (lien vers le film) : cliquez ici !

Marchant sur les traces d'Al Gore, Yann Arthus-Bertrand signe avec Home un film artistique et militant qui bénéficie d'une diffusion planétaire pour alerter l'opinion sur la menace climatique.

Impossible de passer à côté de Home, le nouveau documentaire de Yann Arthus-Bertrand. À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement et afin de toucher le plus de monde possible, son SOS sort vendredi en même temps au cinéma, à la télévision sur France 2, sur des écrans géants (au Champ-de-Mars à Paris, à Londres et à New York), sur Internet (YouToube) et en DVD. Une mobilisation générale pour sauver la planète, à laquelle s'associe Nicolas Sarkozy : «C'est un film magnifique avec des images grandioses, une production française dont nous pouvons être fiers car elle sera diffusée gratuitement.»

Produit par Luc Besson (producteur de la trilogie des Taxi) et EuropaCorp, Home a été financé par François-Henri Pinault, le patron du groupe de luxe mondial PPR qui a déboursé 12 millions d'euros. Il a nécessité plus de deux ans et demi de tournage en hélicoptère dans plus de 50 pays et donné lieu à 500 heures de rush, ramenées à 2 heures pour le cinéma et 90 minutes pour la télévision.

Filmé à l’aide d’un Système CINEFLEX V14 HD permettant les prises de vues gyrostabilisées. Nous vous proposons ce matériel avec ou sans hélicoptère (avec ou sans cadreur, technicien CINEFLEX) pour toutes vos prises de vues aériennes : cliquez sur le lien suivant : cineflex V14 HD gyrostabilisée
Pour toute demande de renseignements et devis, cliquez ici : Info CINEFLEX V14 HD

Crédits : Easy Incentive

«La beauté fait réfléchir»


Crédits : EuropaCorp Distribution

"La Terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la Terre". Yann Arthus-Bertrand s'inspire de cette phrase de Sitting Bull pour ce nouveau numéro de Vu du Ciel, diffusé le jeudi 5 juillet. Ici le geyser du Grand Prismatic dans le parc de Yellowstone (Wyoming), la plus grande source d'eau chaude du pays. © Yann Arthus-Bertrand / Vu du ciel

Diffusé dans 126 pays (Glenn Close assure les commentaires en anglais et Salma Hayek en espagnol), ce plaidoyer retrace l'histoire de la planète et de l'huma¬nité en jouant sur l'opposition entre la beauté des images tournées du ciel en haute définition et la gravité des menaces qui pèsent sur la Terre. D'un côté, une mère ourse craquante qui sort de l'eau, suivie de ses deux petits ; de l'autre, la fonte de la calotte glacière qui promet d'entraîner des dérèglements en chaîne.

Même les images de sites pollués sont d'une splendeur à couper le souffle. «La beauté crée de l'émotion et fait réfléchir, explique Yann Arthus-Bertrand. Le mes¬sage porté par ce film est extrêmement important, car il met en évidence la question de la survie. Sans nous en rendre compte, molécule après molécule, nous avons bouleversé l'équilibre climatique de la terre.» Et d'insister sur l'urgence de la situation : «Il ne reste plus que dix ans à l'humanité pour inverser la tendance.»

Des parrains célèbres, dont Al Gore, Prix Nobel de la paix et auteur d'Une vérité qui dérange, ont apporté leur caution scienti¬fique au film. Mais Yann Arthus-Bertrand s'est heurté à l'hostilité de certains pays, dérangés par sa caméra inquisitrice. La Syrie et Dubaï n'ont pas souhaité lui ouvrir leurs frontières. L'Inde a conservé la moitié de sa pellicule et la Chine a levé sa censure in extremis. L'Argentine l'a retenu une semaine sous un prétexte fallacieux. Preuve que le photographe écolo met souvent le doigt là où ça fait mal.

Les commentaires sur "Home", de Yann Arthus-Bertrand

Alors que "Home" de Yann Arthus-Bertrand est diffusé gratuitement vendredi 5 juin, à l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, au cinéma, à la télévision et sur Internet dans 126 pays, les commentaires se multiplient sur l'œuvre du photographe, financée à hauteur de 10 millions d'euros par PPR.


Nouveau type de lotissement à Brǿndby dans la banlieue de Copenhague (Danemark). L'ensemble des images a bénéficié de la haute définition, ainsi que d'une caméra Cinéflex, gyrostabilisée avec un objectif en HD, qui a assuré la stabilité des images prises de l'hélicoptère. © Yann Arthus-Bertrand / Vu du ciel

Nicolas Sarkozy est très enthousiaste quant au film dans un message posté sur sa page Facebook : "c'est un film magnifique avec des images grandioses, une production française de Luc Besson dont nous pouvons être fière car elle sera diffusée gratuitement dans le monde entier".
En revanche, le quotidien La Croix voit dans le film "un prêchi-prêcha". Yann-Arthus Bertrand "décrit le déluge environnemental en cours, en déclinant les maux de la planète tel un terrible décalogue, sans trouver le bon aiguillon pour déclencher l’électrochoc. (…) Comment faire en sorte que les écologistes ne crient plus dans le désert ? Malheureusement Yann Arthus-Bertrand laisse la question entière", indique le quotidien.

"Musique anxiogène"

Julie Bénabent , de Télérama commente la projection presse à laquelle elle a assisté :
"On épuise la planète, on menace tous les cycles de la vie et 'le visage aimé de notre Terre'. Sur une musique anxiogène, des images époustouflantes - d'après les quinze minutes présentées à la presse - viennent à l'appui de la démonstration. (…) Au-delà d'un constat alarmiste, on espère trouver dans le film quelques pistes de réflexion pour agir, mais, comme l'a assené Yann Arthus-Bertrand aux journalistes : 'On a fait le film ; maintenant, à chacun de se prendre en charge ! '"
Laure Noualhat, de Libération, émet sur son blog le constat suivant au sujet du financement du film par PPR : "de la même façon qu'ils pilotent les désirs des moins riches, les riches peuvent devenir les prescripteurs d'une consommation responsable, durable et équitable."

Le nucléaire "occulté"

Pour le réseau Sortir du nucléaire, Yann Arthus-Bertrand a occulté la question du nucléaire dans son film.
Pourtant, "pour quelqu'un qui prétend vouloir 'sauver la planète', le problème est d'une grande simplicité: le nucléaire est une des énergies les plus polluantes et la plus dangereuse, elle doit donc disparaître", juge dans un communiqué l'organisation écologiste, qui dit représenter 840 associations.
Si le photographe avait parlé de la question du nucléaire dans son film, indique le réseau, "il aurait été obligé de mettre en exergue les fuites d'uranium, les déchets radioactifs, les installations nucléaires à démanteler, etc" (Nouvelobs.com)

voir le film (site officiel) : cliquez ici !


Echangeur d'autoroutes à Los Angeles (Californie). Chaque année, 4.5 millions de personnes dans le monde meurent à cause de la pollution de l'air. Les Etats-Unis représentent 5% de la population mondiale, mais sont à l'origine de 25% des émissions des gaz à effet de serre. © Yann Arthus-Bertrand / Vu du ciel




A unique trip and bold mission, Home releases on World Environment Day, June 5th, 2009, free to the public on screens across the planet.

With the goal to share a new perspective on the need for sustainability, Yann Arthus-Bertrand takes us on an original journey around the planet. Contemplating its beauty through the eyes of the filmmaker, we learn about the treasures Earth offers and marks we leave behind.

The film is a travel notebook, showing landscapes captured from above. Looking down from the sky, we follow water currents, roads and biodiverse communities across boarders and cultures to embrace a complex situation in one, emotion-filled glance. Home invites us to stop for a moment, take a hard look, and consider our impact.

Conceived through a meeting of minds of three men, Yann Arthus-Bertrand, Luc Besson and François-Henri Pinault, Home's objective is to inspire global action by raising awareness of our shared responsibility for the planet and all of its inhabitants.